Accueil L'International 45 morts dans une attaque présumée de Boko Haram dans le nord-est...

45 morts dans une attaque présumée de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria

243
0

PARIS, 24 mai (Bénin Actu) –

Environ 45 personnes ont été tuées dimanche dans une attaque menée par des membres présumés du groupe djihadiste contre la ville nigériane de Rann, située dans l’État de Borno (nord-est) et près de la frontière avec le Cameroun.

Des sources de sécurité ont déclaré que l’attaque visait des dizaines de civils travaillant dans les champs de la région. « Ils se sont approchés des agriculteurs, les ont encerclés et ont commencé à les tuer les uns après les autres », ont-ils déclaré au site internet nigérian HumAngle, dirigé par Ahmad Salkida, un expert de Boko Haram.

Lire aussi:  La Russie considère qu'il est "impossible" et "impensable" de ne pas participer aux organes de l'ONU

Ils ont précisé que les assaillants n’ont pas utilisé d’armes à feu et ont tué les agriculteurs à l’aide de machettes, décapitant un grand nombre d’entre eux. « Ils les ont brutalement tués, leur ont tranché la gorge, puis ont démembré les corps des 45 agriculteurs », ont-ils déclaré.

Ces sources ont souligné que toutes les victimes, parmi lesquelles se trouvaient également des gardes, ont été enterrées lundi lors de funérailles à Rann, théâtre de plusieurs attaques de Boko Haram par le passé et où vivent quelque 43 000 personnes déplacées par les violences dans le Borno.


Le nord-est du Nigeria est le théâtre de fréquentes attaques de Boko Haram et de son émanation, l’État islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO), dont l’épicentre se trouve à Borno. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a déclaré en juin 2021 que le conflit, qui dure depuis douze ans, a fait près de 350 000 morts, un chiffre dix fois supérieur à ce qui avait été annoncé précédemment.

Lire aussi:  Les principaux responsables politiques britanniques s'accordent sur l'"héritage" d'Elizabeth II

L’insécurité s’est étendue ces derniers mois à d’autres régions du nord et du nord-ouest, suscitant des inquiétudes quant à la possible expansion de ces réseaux terroristes et criminels, dont beaucoup vivent de l’obtention de rançons après l’enlèvement d’étudiants lors d’attaques de centres éducatifs.

Article précédentJeux olympiques – Lambán assure qu’il ne peut y avoir de candidature olympique qui « dévalorise les Pyrénées aragonaises ».
Article suivantPanasonic dévoile le Thoughbook 40, un ordinateur portable modulaire avec des options d’accès biométrique pour l’industrie de la défense