Accueil Sports Alejandro Blanco : « Nous voulons les Jeux en Catalogne et en Aragon...

Alejandro Blanco : « Nous voulons les Jeux en Catalogne et en Aragon et nous ne cesserons pas de nous battre ».

88
0

Francos : « Nous n’en sommes pas au même point et la situation n’est pas encore bloquée ».

PARIS, 25 avr. (Bénin Actu) –

Le président du Comité olympique espagnol (COE), Alejandro Blanco, a insisté lundi sur le fait qu’ils ne vont pas « cesser de lutter » pour faire avancer la candidature conjointe de la Catalogne et de l’Aragon aux Jeux olympiques d’hiver de 2030, malgré les « différences insurmontables » entre les administrations régionales, tout en fixant le mois de mai comme date limite pour que « tout soit absolument clair ».

« S’il y a une chose que nous avons au CE, c’est le sérieux. Nous avons présenté une candidature, approuvée par le gouvernement espagnol, avec laquelle nous voulons organiser les Jeux avec la Catalogne et l’Aragon. C’est l’approche que nous voulons, il n’y en a pas d’autre. Nous n’allons pas cesser de nous battre pour cette approche et nous allons la faire avancer », a souligné M. Blanco devant les médias après avoir rencontré des représentants du gouvernement, de la Generalitat de Catalunya et de l’Aragon pour tenter de faire avancer la candidature de Barcelone-Pyrénées aux Jeux de 2030.

Le président du CE est « conscient » des « difficultés insurmontables » qui existent actuellement, bien qu’il soit « convaincu » qu’une solution sera trouvée. « Il n’y a pas eu d’accord, mais nous avons été convoqués pour continuer à discuter. J’espère, je souhaite et je suis sûr que nous parviendrons à un accord », a-t-il déclaré avec force.

« Nous trouverons le point exact, l’important est que nous ayons des matchs en Espagne, pour que tout le monde en profite. Nous devons continuer à parler pour trouver ce point final où tout le monde est à l’aise. La priorité est d’organiser les Jeux. Nous sommes chargés de veiller à ce que cette candidature soit retenue, mais ce n’est pas facile. Nous avons quelque chose que personne d’autre n’a : une histoire et un récit, c’est-à-dire la compréhension, le respect et le dialogue », a-t-il réaffirmé.

Lire aussi:  La FIFA sanctionne le Sénégal d'un match à huis clos pour les incidents contre l'Égypte

M. Blanco, qui a rencontré les différents partis pendant plus de deux heures, a évalué les déclarations du ministre aragonais de l’Éducation, de la Culture et des Sports, Felipe Faci, qui, à la fin de la réunion, a qualifié la candidature d' »injuste ». « Nous avons créé une commission technique, avec trois représentants de chaque parti, et la proposition qui a été discutée a été approuvée, nous ne pouvons pas dire que c’est injuste, les représentants de cette commission sont nommés par les gouvernements », a-t-il expliqué.

« Donc tout le monde savait à quoi allait ressembler la demande en mariage. Si quelqu’un n’est pas d’accord maintenant, c’est son droit, mais tout le monde savait, et je ne juge pas si quelqu’un n’est pas heureux », a-t-il déclaré.

En plus de cette impasse dans les discussions entre les différentes parties, le temps joue contre la candidature espagnole. « Nous sommes très pressés, en mai un représentant du CIO devait venir voir les installations, et maintenant nous devons le retarder. Nous sommes proches de l’échéance et en mai, tout doit être absolument clair, sinon nous devrions adopter une approche différente. Nous allons nous donner quelques jours et lors de cette réunion, nous devrions avoir une décision », a déclaré M. Blanco.

LE GOUVERNEMENT INSISTE SUR LE FAIT QUE LA SITUATION « N’EST PAS ENCORE BLOQUÉE ».

Pour sa part, le secrétaire général de la culture et du sport, Victor Francos, représentant le gouvernement central, a célébré la « cordialité » de la réunion, après laquelle il ne considère « rien comme perdu », et donc toutes les parties seront invitées à poursuivre les discussions dans les prochains jours, convoquées par Alejandro Blanco.

Lire aussi:  Infantino prévient qu'il n'a "pas proposé" une Coupe du monde bisannuelle

« La situation n’est pas encore bloquée, nous nous sommes assis, ce qui est très important quand on négocie, donc nous n’en sommes pas au même point. Lors de la dernière réunion, Aragon n’était pas présent, aujourd’hui il est venu et nous nous sommes engagés à nous revoir. En aucun cas nous n’en sommes au même point, nous réaffirmons la volonté des quatre parties qu’il y a une chance qu’en 2030 les Jeux puissent être organisés en Catalogne et en Aragon », a-t-il déclaré.

Malgré le fait que « nous jouons contre la montre » et qu’il existe des « divergences » entre les parties, M. Francos a réaffirmé que les deux délégations, le gouvernement espagnol et le CE, veulent les Jeux et « aucune des parties ne considère que les négociations sont closes ».

« La conclusion est qu’il peut y avoir des Jeux, et donc nous poursuivons les discussions. Nous ne considérons pas les Jeux comme perdus. L’Aragon a fait une proposition, il y a eu un accord initial, mais le gouvernement et le COE ne veulent pas perdre cette opportunité et perdre les Jeux. Nous leur avons demandé de laisser le COE continuer à discuter individuellement avec chaque délégation et de nous convoquer de manière multilatérale », a-t-il déclaré.

Article précédentApple va retirer les applications obsolètes de l’App Store
Article suivantWennesland déclare au Conseil de sécurité que la situation est « relativement calme » en Israël, à Gaza et en Cisjordanie.