Accueil L'International Biden appelle à « ne pas rester en marge » du débat sur les...

Biden appelle à « ne pas rester en marge » du débat sur les armes à feu lors d’un événement universitaire

104
0

PARIS, le 28 mai (Bénin Actu) –

Le président américain Joe Biden a appelé à « ne pas rester à l’écart » du débat sur la possession d’armes à feu lors d’un événement avec des diplômés de l’Université du Delaware.

M. Biden prévoit de se rendre dimanche à Uvalde, le lieu du massacre de mardi, et de rencontrer les membres des familles et les personnes touchées par la fusillade. « En ce moment même, alors que je parle, il y a des parents qui se préparent à enterrer leurs enfants », a-t-il déploré. « Nous ne pouvons pas interdire une tragédie, je le sais, mais nous pouvons rendre l’Amérique plus sûre », a-t-il fait valoir.

« J’espère que vous retiendrez un message de moi aujourd’hui : ce n’est pas le moment de rester sur la touche. Ce n’est pas une hyperbole. Je le crois du fond du cœur », a déclaré M. Biden, qui a été diplômé de la même université dans les années 1960.

Il les a appelés à participer à la vie publique et à prendre part à l’avenir de la nation en ce « moment décisif ». « Nous avons besoin que chacun d’entre vous participe à la vie publique et à la vie de cette nation », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Au moins 800 personnes évacuées après l'éruption du volcan Taal aux Philippines

M. Biden a évoqué la pandémie de coronavirus et la méfiance croissante à l’égard des institutions. « Ces cinq dernières années, beaucoup d’entre vous étaient au lycée et les États-Unis ont dû faire face à des épreuves difficiles. La pandémie mondiale a coûté des millions de vies rien qu’aux États-Unis, et la crise de confiance dans nos institutions, avec leurs échecs, sert d’infrastructure à l’expérimentation américaine », a-t-il déclaré.


M. Biden s’est ensuite souvenu de ses années d’université, lorsqu’il a commencé à s’impliquer dans les mouvements de défense des droits civiques, et a fait le lien entre cette époque et le présent. « Soyons clairs. Le mal était dans cette classe de collège au Texas et dans ce magasin à New York », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  L'Ukraine affirme que les forces russes concentrent leur offensive autour de la ville d'Izium.

Ce samedi encore, les funérailles de Ruth Whitfield, l’une des victimes de Buffalo, dans l’État de New York, où un suprémaciste blanc a tué dix Noirs dans un supermarché, ont eu lieu et la vice-présidente de Biden, Kamala Harris, a pris la parole, surprise.

« Je pense que nous savons tous que la vraie mesure de la force n’est pas basée sur ce que l’on renverse, mais sur ce que l’on soulève. Qui vous soulevez. Et aussi que nous ne permettrons pas aux petites gens de créer la peur dans nos communautés. Que nous n’aurons pas peur de défendre ce qui est juste, de parler quand il est difficile d’écouter et de s’exprimer », a-t-il déclaré.

Selon la Maison-Blanche, Mme Harris « ne voulait pas prendre la parole » aux funérailles, mais seulement y assister, mais le révérend Al Sharpton a insisté pour qu’elle le fasse. « Nous n’allons pas supporter ça. Trop, c’est trop », a répété M. Harris.

Article précédentLe gouverneur du Texas demande une enquête sur la réaction de la police lors du massacre d’Uvalde.
Article suivantLe « King » remporte un meilleur prix à Paris.