Accueil Santé & Bien-être Des biomarqueurs du cancer du sein identifiés dans le lait maternel

Des biomarqueurs du cancer du sein identifiés dans le lait maternel

147
0

PARIS, 5 avr. (Bénin Actu) –

Un test sanguin simple pour les femmes de tous âges et de tous niveaux de risque pourrait un jour être possible grâce à un nouvel ensemble de biomarqueurs protéiques que des chercheurs ont identifiés à partir du lait maternel, ont déclaré des chercheurs lors de la réunion annuelle de l’American Society for Biochemistry and Molecular Biology dans le cadre de la réunion Experimental Biology (EB) 2022 à Philadelphie (États-Unis).

Bien que les mammographies soient un outil utile pour la détection précoce du cancer du sein, elles ne sont généralement pas recommandées pour les femmes à faible risque âgées de moins de 40 ans », explique Danielle Whitham, doctorante à l’université Clarkson de New York, aux États-Unis. Comme les biomarqueurs que nous avons trouvés dans le lait maternel sont également détectables dans le sérum sanguin, le dépistage pourrait potentiellement être effectué chez les femmes de tout âge en utilisant le sang ou le lait maternel.

Lire aussi:  La migraine accroît les complications de la grossesse

Les biomarqueurs nouvellement identifiés correspondent à un type spécifique de cancer appelé carcinome canalaire invasif (CDI), l’un des types les plus courants de cancer du sein. Toutefois, les chercheurs affirment que leur méthode pourrait être utilisée pour identifier des biomarqueurs pour d’autres types de cancer du sein.

« Si nos études futures sont concluantes, cela pourrait changer la façon dont les femmes sont dépistées pour le cancer du sein et favoriser un diagnostic plus précoce », souligne Mme Whitham. Cela pourrait même conduire à un taux de survie plus élevé chez les femmes.

« Nous utilisons le lait maternel parce qu’il contient des protéines, des cellules épithéliales et des cellules immunitaires, qui fournissent toutes une foule d’informations sur ce qui se passe dans le corps de la femme à un moment crucial du développement du sein », explique Mme Whitham.

Pour l’étude, des échantillons de lait maternel ont été obtenus auprès de trois femmes chez qui un cancer du sein a été diagnostiqué et de trois femmes sans cancer. En utilisant la spectrométrie de masse en tandem par chromatographie liquide, les chercheurs ont comparé les niveaux relatifs de certaines protéines entre les deux groupes afin d’identifier les différences chez les femmes atteintes d’un cancer.

Lire aussi:  Des chercheurs réorganisent les globules rouges pour activer le système immunitaire contre le COVID-19.

L’analyse a révélé que 23 protéines étaient dérégulées. Toutes les protéines qui présentaient des différences avaient déjà été montrées comme jouant un rôle dans le cancer ou le développement de tumeurs.

Maintenant que les chercheurs ont identifié un ensemble de biomarqueurs, ils prévoient de le confirmer auprès d’un groupe plus important de femmes. Ensuite, ils testeront l’applicabilité des biomarqueurs protéiques dans le sérum sanguin. Si ces tests sont concluants, on pourrait mettre au point un test sanguin qui serait utilisé chez les femmes de tout âge pour surveiller les modifications des protéines afin de détecter le cancer du sein.

Article précédentLe Real Madrid se rend à Londres sans Ancelotti
Article suivantClaudio Bravo renouvelle son contrat avec le Betis jusqu’en 2023