Accueil L'International La présidence du Conseil de sécurité se dit préoccupée par les violations...

La présidence du Conseil de sécurité se dit préoccupée par les violations des droits fondamentaux des femmes en Afghanistan

81
0

PARIS, 25 mai (Bénin Actu) –

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé mardi leur « profonde » inquiétude face à l’érosion croissante par les talibans du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan.

Plus précisément, la présidence du Conseil de sécurité, assurée par les États-Unis, a noté dans une déclaration sa consternation face au manque de liberté de mouvement et à l’absence de participation pleine, égale et significative des femmes à la vie publique.

« Les membres du Conseil de sécurité ont également exprimé leur profonde inquiétude quant à l’annonce selon laquelle toutes les femmes doivent se couvrir le visage dans les espaces publics et les émissions médiatiques, ne quittant la maison qu’en cas de nécessité », a-t-il ajouté.

Le Conseil de sécurité s’est également déclaré préoccupé « par l’instabilité de la situation en Afghanistan », notamment par les défis politiques, économiques, sociaux et sécuritaires et leur impact sur la vie du peuple afghan.

Lire aussi:  La Maison Blanche affirme que la Russie a "déjà perdu" la guerre avec l'Ukraine et n'a pas réussi à diviser l'OTAN.

Enfin, ils ont souligné la « grave situation humanitaire et économique » et ont appelé à « redoubler d’efforts pour fournir l’aide humanitaire », une mesure qui « exige des efforts de tous les acteurs pour permettre » un accès sûr et sans entrave au personnel des organisations internationales.


Plus tôt dans la semaine, l’Union européenne a qualifié lundi d' »alarmante » la mesure prise par les autorités talibanes en Afghanistan pour obliger toutes les présentatrices et journalistes afghanes apparaissant à la télévision à se couvrir le visage.

Lorsque les talibans ont repris le pouvoir en août, ils ont promis de respecter les droits acquis par les femmes au cours des vingt dernières années, mais dans la pratique, ces droits ont été restreints, avec diverses limitations concernant le travail et les études.

Lire aussi:  Les corps de l'équipage américain retrouvés après le crash d'un avion en Norvège

À la mi-mai, les Nations unies ont souligné qu’elles « ne fermeraient pas les yeux » sur l’ordre émis par le régime taliban, qui prévoit des sanctions pour les femmes qui ne se couvrent pas le visage lorsqu’elles sortent de chez elles, ainsi que la recommandation du port de la burqa.

L’édit proclamé par le chef taliban Hibatullah Ajunzadah prévoit des sanctions pour les femmes qui ne se couvrent pas le visage lorsqu’elles sont à l’extérieur de la maison. Selon les Talibans, le nouvel ordre n’impose pas le port d’un vêtement particulier, mais il recommande explicitement la burqa, symbole de la répression de l’ancien régime taliban entre 1996 et 2001.

Article précédentLe Barça part à la conquête de l’Australie dépourvu de moyens.
Article suivantWordPress consolide l’expérience « sans code » dans la version 6.0 Arturo