Accueil Sports La Romareda, Parking Norte et Valdespartera, les emplacements préférés des groupes pour...

La Romareda, Parking Norte et Valdespartera, les emplacements préférés des groupes pour le terrain de football.

153
0

Le PSOE préfère ne pas faire de déclaration car « ce n’est pas le bon moment pour l’emplacement » et demande des rapports sur les coûts.

ZARAGOZA, 26 avr. (Bénin Actu) –

La Romareda, le Parking Norte de la Expo et Valdespartera sont les trois emplacements préférés des groupes municipaux pour construire le nouveau terrain de football, bien que le PSOE ait préféré ne pas faire de déclaration parce que « ce n’est pas le moment pour l’emplacement » et ait demandé plus de rapports sur les coûts, mais a clairement indiqué qu’il sera « jusqu’à la fin » pour parvenir à un accord.

La Romareda est le site préféré du PP, de Cs, ZeC et VOX qui l’ont placé en première position et Podemos en deuxième option. Parking Norte est premier pour Podemos, deuxième pour VOX et PP et troisième pour Cs ; tandis que Valdespartera est deuxième pour Cs et troisième pour VOX et PP.

 » Nous avons fait des progrès et ils sont tous sur des terrains publics « , a résumé le conseiller municipal en charge de l’urbanisme, Víctor Serrano, qui a exprimé sa satisfaction de préciser, à la demande de Podemos, que les trois sont sur un pied d’égalité, il n’y en a pas un qui surpasse les autres.

Le porte-parole du groupe municipal de VOX, Julio Calvo, a déclaré que le financement entraînera la « chute » de certains sites. Il a noté que le PSOE est conditionné par le fait que c’est la dernière année du mandat et que « la position initiale du président du gouvernement d’Aragon, Javier Lambán, qui a dit qu’il participerait depuis le début jusqu’aux dernières déclarations dans lesquelles il signale qu’il n’entrerait pas dans le jeu des emplacements, s’est « refroidie ».

VOX veut un terrain « homologable » par rapport au reste des villes européennes, pour obtenir le maximum de performances non seulement sportives, mais aussi culturelles et économiques. En ce qui concerne la propriété du stade, il a estimé que, peut-être, la formule d’une société mixte serait la meilleure. Il a insisté pour entamer des conversations avec Lambán pour voir l’engagement financier et aussi celui du Real Zaragoza. Il pense que les citoyens doivent également être impliqués.

PARTICIPATIF

Le porte-parole de Podemos, Fernando Rivarés, a précisé qu’il propose une Cité du sport qui « ne tient » que dans le parking nord de l’Expo. Il ne refuse pas La Romareda, mais cela est conditionné par le projet qu’ils veulent. En ce qui concerne Valdespartera, il a déclaré que si cela signifie prolonger le tramway, il ne s’y opposera pas non plus.

La première question est de savoir quoi, comment et combien financer, ce qui doit se faire avec des terrains publics et une opération de développement urbain qui ne soit pas spéculative, a-t-il répété. Il a cité le fait qu’à La Romareda, il y a 40 000 mètres carrés et que d’autres stades, comme celui de San Mamés, ont entre 80 000 et 100 000 mètres carrés.

La dénomination est une autre question importante car elle profiterait à Saragosse, ainsi que la proximité d’ITAINNOVA pour développer la recherche en matière d’activité physique et de sport et pour lier le projet à l’investissement technologique lorsque Adidas, Mondo Ibérica et Podoactiva, entreprises auxquelles il a demandé de participer au processus d’écoute avec l’ITA, les syndicats et l’UPTA, entre autres, qui aura lieu en mai, sont situées à Saragosse.

Lire aussi:  Carlos Alcaraz : "Battre Nadal sur terre battue est quelque chose dont je me souviendrai toute ma vie".

Le porte-parole du groupe municipal Zaragoza en Común (ZeC), Pedro Santisteve, a exigé plus de rapports pour prendre une décision, que le nouveau stade soit écologiquement durable et mesure l’empreinte carbone, ce qui est une « ligne rouge ». Une autre demande est de profiter des 400 000 euros qui vont être utilisés dans la rénovation pour le match que les équipes nationales espagnole et suisse joueront en septembre et de ne pas les « dilapider en un an ».

L’utilisation ne doit pas être exclusive au Real Zaragoza, a souligné Santisteve, qui a demandé des rapports sur le remodelage de La Romareda, qui est  » clé « , et sur le processus participatif ; il a demandé d’incorporer les informations que ZeC exige sur les coûts, les utilisations possibles et un diagnostic de l’endroit où aller pour prendre une décision. Une autre demande consiste à consulter le public pour savoir s’il souhaite un nouveau stade.

Le conseiller municipal chargé de l’urbanisme, Víctor Serrano, a répondu à ZeC que le débat suit ce modèle de non-participation du public parce que c’est celui qui a été convenu par tous les groupes.

PROFITER DES PROJETS

M. Serrano a répondu à M. Rivarés que Podemos était le premier groupe à donner ses emplacements possibles. Il a reconnu que les rapports manquent, mais « cela viendra une fois que l’emplacement sera connu et sans cette première décision, aucun progrès ne pourra être fait ». En outre, cela nous permettra de savoir si nous pouvons tirer parti des projets qui ont déjà été réalisés à leur époque, et tout cela dans une période d’écoute.

Il doit s’agir d’une installation municipale et d’autres utilisations quotidiennes, et non sporadiques, a expliqué M. Serrano. « Nous ne décidons pas du nombre de spectateurs qu’il devrait avoir, mais de savoir si tous les groupes peuvent se mettre d’accord sur l’emplacement du nouveau terrain de football. Nous sommes obligés de parvenir à des accords », a-t-il souligné.

La conseillère municipale en charge des infrastructures, Patricia Cavero, a déclaré que le fait d’avoir ce débat public devant les médias a amené d’autres groupes à « changer de position » et à exiger des rapports avant de donner leurs trois emplacements préférés.

Il a rappelé que cette réunion, acceptée par tous les groupes, devait donner trois lieux et le 10 mai entreprendre un processus d’écoute et de participation avec des représentants de la société. « Je ne sais pas ce qui vous est arrivé. En plus d’avoir la presse en face de vous, quelque chose vous a fait changer ».

Les trois options du PP sont La Romareda, Parking Norte et Valdespartera, qui sont les mêmes que celles du Cs, mais le lieu de préférence du deuxième et du troisième varie. Il les a justifiés parce qu’il y a le soutien des citoyens et des supporters, il y a déjà un projet pour La Romareda – celui de l’architecte Lamela.

Lire aussi:  Darwin Nunez punit l'Ajax et Benfica se qualifie pour les quarts de finale de la Champions League

En ce qui concerne le parking nord, il a noté que le terrain est public, appartenant spécifiquement au gouvernement d’Aragon, et bien qu’il ait des problèmes d’inondation « ils sont facilement solubles » en élevant l’élévation, il a également une bonne communication et la mobilité.

En ce qui concerne Valdespartera, il a déclaré qu’il ne s’agit pas d’une zone consolidée à cent pour cent, mais qu’elle est en expansion, qu’elle a un projet élaboré – par Ricardo Bofill – et qu’elle donnerait un  » élan significatif  » au district.

DIFFÉRENCE DE MÉTHODE

Le conseiller du PSOE, Horacio Royo, a souligné qu’il était le seul groupe à avoir respecté l’engagement de discrétion par opposition au « tourné du maire, Jorge Azcón, dans les quinze derniers jours pour donner ses préférences ». Il a également fait remarquer que ce n’est pas la même chose pour un conseiller de le dire que pour le maire de dire ses préférences.

Horacio Royo a estimé qu’il existe une « différence méthodologique », que le gouvernement de la ville « ne doit pas considérer avec crainte », concernant le processus de prise de décision car la première chose est de connaître les coûts afin de savoir ce que l’on veut faire et ces coûts détermineront l’emplacement.

Il a noté qu’il y a eu un changement de propriétaire du Real Zaragoza et comme il sera le principal utilisateur de l’installation, il est nécessaire de savoir ce qu’il dit sur quoi, comment et combien. « Ce n’est pas le moment de débattre de l’emplacement car il s’agit du plus gros investissement depuis le tram. Soit on l’aborde avec la plus grande rigueur, soit nous serons irresponsables ».

Le PSOE sera dans le débat jusqu’à la fin. « Si quelqu’un s’attend à ce que le PSOE quitte la table, qu’il s’assoie et attende, car nous serons là jusqu’à la fin avec une autonomie de critères et nous céderons là où nous pensons pouvoir le faire pour apporter un accord politique à la ville ».

PROCESSUS D’ÉCOUTE

Le calendrier se poursuit par des rencontres avec des représentants de la société. Elles débuteront le 10 mai avec des agents sportifs tels que la Fédération aragonaise de football, la Fédération des clubs de supporters du Real Zaragoza, le Club sportif de l’Ebre. Le 18 mai, une autre réunion aura lieu avec la FABZ, l’Unión Cesaraugusta, Ebrópolis, l’Universidad de Zaragoza et l’Universidad San Jorge.

Un autre sera avec les agents économiques auxquels seront convoqués la CEOE, la Chambre de Commerce, Cepyme, Zaragoza-Congresos et l’organisateur de l’événement Michel Pérez ; le 26 mai ce sera le tour des associations professionnelles et le dernier jour, le 31 mai, le Gouvernement d’Aragon, Diputación de Zaragoza et Real Zaragoza.

Article précédentLa Russie coupe les livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie pour avoir refusé de payer en roubles.
Article suivantLa Russie annonce la conquête de la région de Kherson dans le sud de l’Ukraine