Accueil L'International L’armée burkinabé enquête sur les meurtres présumés d’une centaine de civils par...

L’armée burkinabé enquête sur les meurtres présumés d’une centaine de civils par des militaires

129
0

PARIS, 24 avr. (EUROPA PRESSE) –

L’armée burkinabè a ouvert une enquête pour clarifier un rapport de Radio France Internationale (RFI) accusant les forces burkinabè d’avoir tué une centaine de civils lors d’une opération dans la région d’Oudalan, dans une zone pastorale du nord du pays.

L’information du radiodiffuseur international est apparue sur son site web vendredi soir. Des « sources locales » y affirment que les militaires burkinabés ont perpétré un massacre de civils dans plusieurs localités de la province, telles que Sokoundou, Wassakoré, Kacham et Tin-Rhassan.

« Dans certaines localités, ils ont tué tous les hommes, y compris les adolescents », explique un jeune homme de la région.

En réponse, la Direction de la communication et des relations avec la presse des forces armées a publié une déclaration dimanche, rapportée par Burkina 24, niant ce qui s’était passé.

Lire aussi:  La Bulgarie refuse d'envoyer une aide militaire à l'Ukraine mais continuera à envoyer des ressources humanitaires

« De telles accusations sont en contradiction avec les objectifs militaires, ainsi qu’avec les valeurs et les principes qui encadrent la conception et la conduite des opérations », indique le communiqué militaire.

Cependant, l’armée burkinabé a déclaré qu’elle allait ouvrir une enquête pour clarifier ce qui s’est passé. « Le ministère de la Défense et des Anciens combattants tient à assurer l’opinion nationale et internationale que des enquêtes seront menées pour faire toute la lumière sur ces graves allégations afin d’en tirer toutes les conséquences », ajoute le communiqué.

Dans son rapport, publié cette semaine, les forces armées du Burkina Faso ont annoncé avoir tué plus de 130 djihadistes entre le 15 mars et le 15 avril, une violence qui a entraîné le déplacement de quelque 4 000 personnes dans la région. Certains d’entre eux se sont retrouvés réfugiés au Mali ou au Niger, ont indiqué des sources locales à RFI.

Lire aussi:  Au moins neuf soldats turcs tués lors d'opérations spéciales à Basur et Bakur, en Turquie.

Le pays africain, dirigé par une junte militaire depuis le coup d’État de janvier contre le président de l’époque, Roch Marc Christian Kaboré, a généralement connu une augmentation significative de l’insécurité depuis 2015, entraînant une vague de déplacés internes et de réfugiés vers d’autres pays de la région.

Ces attaques, qui sont l’œuvre de groupes affiliés à Al-Qaïda et à l’État islamique dans la région, ont également contribué à une augmentation de la violence intercommunautaire et ont conduit à une floraison de groupes d’autodéfense, auxquels le gouvernement burkinabé a ajouté des « volontaires » pour aider à la lutte contre le terrorisme.

Article précédentSergio García Dols prend la tête du Moto3 avec une victoire à Portimao
Article suivantAlcaraz et Carreño se rencontrent pour le titre de Godó