Accueil L'International Le bureau du procureur palestinien conclut que le journaliste Abu Akle a...

Le bureau du procureur palestinien conclut que le journaliste Abu Akle a été abattu par les forces israéliennes

74
0

PARIS, 26 mai (Bénin Actu) –

Les procureurs palestiniens ont conclu jeudi que la mort de la journaliste américano-palestinienne Shirin abu Akle a été causée par une balle dans la tête tirée par un soldat israélien lors d’une opération dans la ville de Jénine, en Cisjordanie.

Dans son rapport, le procureur général palestinien, Akram al-Khatib, a précisé qu’Abu Akle a été touché par une balle alors qu’elle tentait de se mettre à l’abri et que le tir sur la journaliste était direct et délibéré, selon l’agence de presse palestinienne WAFA.

Il a également expliqué que le projectile est un modèle habituellement utilisé par les forces de défense israéliennes, qui, selon le rapport, ont commencé à tirer à une distance d’un peu plus de 170 mètres et « sans avertissement ».

Al-Khatib a souligné que les restes de nombreux obus sur le lieu de la mort d’Abu Akle confirment également que les membres des forces de sécurité israéliennes avaient l’intention de tuer et qu’ils ont même tiré sur ceux qui sont venus en aide au journaliste.

Lire aussi:  Des milliers de jeunes Ukrainiennes sont exposées à la traite, à l'exploitation ou aux abus lorsqu'elles fuient le pays.

Par conséquent, pour le procureur général palestinien, les preuves confirment qu’il n’y a pas eu d’affrontements armés dans la zone, ce qui prouverait que le meurtre d’Abu Akle est un crime de guerre commis par les forces israéliennes.

Pour sa part, le nouveau secrétaire du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, Husein al-Sheikh, a indiqué que l’Autorité palestinienne avait transmis une copie du rapport du procureur au gouvernement américain et qu’elle allait faire de même avec la famille d’Abu Akle et le réseau Al-Jazeera, le média pour lequel le journaliste travaillait.


En début de semaine, l’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle avait soumis une lettre à la Cour pénale internationale (CPI) concernant une série de crimes présumés commis par Israël, notamment en référence à la mort du journaliste.

Lire aussi:  La France prévoit de vacciner les populations vulnérables avec une cinquième dose pour une éventuelle résurgence du coronavirus à l'automne.

Les responsables israéliens ont indiqué la semaine dernière que l’armée avait identifié l’arme avec laquelle le journaliste avait pu être abattu, mais ont souligné qu’ils ne pouvaient en être sûrs que si les autorités palestiniennes leur remettaient la balle, ce qu’elles ont refusé de faire.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a proposé à l’Autorité palestinienne une « enquête médico-légale conjointe », mais les autorités palestiniennes ont rejeté cette option au motif qu’elles ne font pas confiance à la neutralité d’Israël.

L’incident a été condamné par Al Jazeera, l’Autorité palestinienne et le Qatar, qui ont souligné que « l’occupation doit être tenue responsable de ce crime horrible et traduire les responsables devant la justice internationale ». Pour sa part, l’ONU a demandé « une enquête immédiate et approfondie et que les responsables soient tenus responsables ».

Article précédent72 arrestations dans les émeutes de Rotterdam après la défaite du Feyenoord en Conference League
Article suivantLe téléphone pliable de Google à nouveau retardé, selon The Elec