Accueil L'International Le bureau du procureur russe met fin à sa coopération avec la...

Le bureau du procureur russe met fin à sa coopération avec la Cour européenne des droits de l’homme après sa décision de quitter le Conseil de l’Europe.

104
0

Archives - Le président russe Vladimir Poutine


Archives – Le président russe Vladimir Poutine -/Kremlin /dpa – Archive

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

PARIS, 26 avr. (Bénin Actu) –

Le bureau du procureur russe a mis fin à sa coopération avec la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), conformément à la décision de Moscou de se retirer du Conseil de l’Europe après avoir allégué que les pays de l’Union européenne (UE) et de l’OTAN s’efforcent de saper cet organe et l’espace commun du continent.

Selon les informations de l’agence de presse russe Interfax, la décision a été notifiée par le procureur général de Russie, Igor Krasnov, aux membres du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe.

Lire aussi:  Biden tiendra une réunion virtuelle avec les autres dirigeants du G7 pour discuter de l'Ukraine

Le 10 mars, le ministère russe des affaires étrangères a déclaré que l’UE et l’OTAN maintenaient une position « hostile » et a souligné qu’elles exerçaient « une ligne de destruction du Conseil de l’Europe de l’espace commun au niveau humanitaire et juridique en Europe », ce qui explique la décision de Moscou de quitter le Conseil de l’Europe.

Suite à cela, le vice-président du Conseil de la Fédération, Konstantin Kosachev, a déclaré que la sortie deviendra effective « cette année fiscale même », car « la notification a été envoyée au cours des neuf premiers mois de l’année », tandis que le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a souligné que la décision implique le retrait de tous ses mécanismes, y compris de la CEDH.

Lire aussi:  Biden demande au Congrès américain une aide supplémentaire de 33 milliards de dollars pour l'Ukraine

Pour sa part, la Cour européenne des droits de l’homme a déclaré qu’elle continuerait à examiner les plaintes contre la Russie jusqu’au 16 septembre, date à laquelle le pays cessera d’être lié par la Convention européenne des droits de l’homme, dans le contexte de l’offensive militaire menée par la Russie contre l’Ukraine le 24 février.

Article précédentÓscar de Marcos renouvelle son contrat avec l’Athletic Club jusqu’en 2023
Article suivantUn ordinateur portable avec un deuxième écran de 8 pouces à côté du clavier : c’est ainsi que Lenovo veut révolutionner le multitâche.