Accueil L'International Le chef des talibans interdit la culture de l’opium, la consommation d’alcool...

Le chef des talibans interdit la culture de l’opium, la consommation d’alcool et de stupéfiants en Afghanistan

100
0

Le mouvement fondamentaliste s’attaque, pour la première fois après sa reconquête du pays, à un marché qui fournit 85% de l’opium mondial.

Le chef des talibans, Hibatullah Ajunzada, a décrété l’interdiction de la culture du pavot, ainsi que de l’extraction de l’opium à partir de celui-ci, et de la consommation d’alcool et de stupéfiants dans tout le pays avec effet immédiat.

« Conformément au décret d’Amir al Muminin », annonce le décret du chef des talibans, en référence au nom (Prince des croyants) que lui attribue le mouvement en tant que plus haute autorité religieuse, « tous les habitants du pays sont informés que la culture du pavot a été absolument interdite dans tout le pays. »

« Si quelqu’un viole la loi de Dieu, la récolte sera détruite et le contrevenant sera traité selon la loi islamique », selon le décret, posté dimanche sur le compte Twitter du porte-parole principal des talibans et vice-ministre de l’information, Zabibullah Mujahid.

Lire aussi:  Au moins trois morts dans une attaque à l'arme blanche dans le centre d'Israël

Il est également strictement interdit de « consommer, transporter, acheter et vendre toutes sortes de stupéfiants tels que l’alcool, l’héroïne, les pilules ou la marijuana ».

« L’application de ce décret est obligatoire, et toute personne qui enfreint la loi sera poursuivie et sanctionnée par le pouvoir judiciaire », conclut le communiqué.

LE PLUS GRAND MARCHÉ D’OPIUM DU MONDE

Selon les données de l’ONU, la récolte d’opium de l’Afghanistan a augmenté de huit pour cent en 2021 par rapport à l’année dernière pour atteindre 6 800 tonnes, ce qui se traduit par 320 tonnes d’héroïne pure.

Les opiacés afghans approvisionnent huit usagers sur dix dans le monde, selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), provenant d’un pays qui représentait 85 % de la production mondiale d’opium en 2020.

« La situation générale de la drogue en Afghanistan met en évidence le besoin urgent d’une assistance internationale pour promouvoir des réductions durables de la culture, de la production et de la demande de drogues illicites, dans le cadre du soutien global des Nations unies au peuple afghan », a déclaré Ghada Waly, directeur exécutif de l’ONUDC, en novembre dernier.

Lire aussi:  Le ministre israélien des affaires étrangères condamne les crimes de guerre russes en Ukraine

Selon les résultats des recherches de l’ONUDC, les revenus des opiacés afghans se sont élevés entre 1,8 et 2,7 milliards de dollars en 2021 à l’intérieur du seul pays. En dehors de ses frontières, avec la drogue déjà coupée, les profits se multiplient de manière exponentielle.

En outre, et comme l’a souligné le bureau de l’ONU, l’arrivée des talibans au pouvoir a généré une augmentation de l’incertitude qui s’est traduite par une hausse des prix de l’opium depuis leur conquête de Kaboul en août dernier, pour atteindre le double des prix du marché qui existaient en mai 2021.

Article précédentPenalty pour penalty Madrid, plus près du titre à Balaídos
Article suivantChelsea prend un coup de massue avant de recevoir le Real Madrid