Accueil L'International Le gouvernement haïtien dément la hausse du prix du carburant

Le gouvernement haïtien dément la hausse du prix du carburant

114
0

PARIS, 27 avr. (Bénin Actu) –

Le gouvernement haïtien a démenti mardi une augmentation du prix du carburant à la suite de manifestations dans la ville des Gonaïves, dans le département de l’Artibonite, pour cause de pénurie de carburant.

« Le ministère de la Culture et de la Communication informe le grand public qu’aucune augmentation des prix des carburants n’est prévue.
Les nouvelles commandes de carburant arriveront d’ici la fin du week-end dans le pays », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Il a indiqué que le gouvernement « reste attentif à l’évolution du marché international dans le contexte de la guerre en Europe et veille, à travers le ministère du Commerce et de l’Industrie et ses agents déployés sur le terrain, à la gestion des stocks pour éviter la spéculation ».

Lire aussi:  Les États-Unis n'ont "aucune indication" que le Belarus a l'intention de s'impliquer militairement en Ukraine.

Cependant, comme le rapporte  » ZoomHaitiNews « , dans la ville des Gonaïves, des manifestants sont descendus dans la rue pour réclamer la distribution de carburant dans les stations-service du pays caribéen, qui souffre de pénurie dans les stations-service.

En outre, la compagnie aérienne « Sunrise Airways » a annoncé sur son compte Twitter qu’en raison de la pénurie de carburant à l’aéroport international de Port-au-Prince, certains de ses vols seraient annulés ou retardés.

Les manifestations se sont déroulées sur fond de situation de crise dans le pays. Depuis l’assassinat du président Jovenel Moise le 7 juillet dernier, la situation politique et économique toujours mouvementée d’Haïti a été encore plus secouée. La vacance du pouvoir a rapidement dégénéré en une crise sécuritaire, avec des meurtres et des enlèvements quotidiens, en particulier dans de larges parties de la capitale.

Lire aussi:  Au moins un mort dans une fusillade et un autre tué dans des affrontements avec les forces israéliennes en Cisjordanie

En outre, le mandat du Premier ministre Ariel Henry a officiellement pris fin le 7 février, ce qui a aggravé la crise de légitimité et les problèmes économiques du pays.

Article précédentKlopp : « Villarreal est un adversaire très difficile, ils sont faits pour la Ligue des champions ».
Article suivantFacebook ne contrôle pas la gestion des données de ses utilisateurs, selon un document interne