Accueil L'International Le président algérien déplore le revirement de Sanchez sur le Sahara mais...

Le président algérien déplore le revirement de Sanchez sur le Sahara mais réaffirme son engagement pour les livraisons de gaz

121
0

Il fait la distinction entre ses critiques à l’égard du gouvernement qui « ne respecte pas la légalité internationale » et les relations « fortes et fermes » qu’il entretient avec l’État espagnol.

PARIS, 24 avr. (Bénin Actu) –

Le Président algérien, Abdelmayid Tebune, a lancé une critique sévère à l’encontre du Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, qu’il a accusé d’avoir violé le droit international en acceptant le plan d’autonomie marocain pour le Sahara occidental – qui annule les revendications d’autodétermination du peuple sahraoui – avant d’ajouter que les relations avec l’État espagnol sont « fortes et fermes » et qu’il honorera ses engagements gaziers « quelles que soient les circonstances ».

« Ce que l’Espagne a fait est inacceptable, éthiquement et historiquement », a déclaré Tebune dans une interview hier soir à la télévision publique algérienne, dans laquelle il a rappelé au gouvernement espagnol que « sa responsabilité demeure au Sahara occidental face au droit international ».

« Tant qu’une solution n’est pas trouvée, quelle qu’elle soit, elle est considérée comme la puissance administrante », a déclaré le président algérien. « Les autres peuvent s’aligner ou non, c’est leur problème. Mais pas l’Espagne. Elle n’a pas le droit de céder un territoire colonisé à un autre pays. C’est le problème de l’Espagne », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Israël appelle les puissances à "agir rapidement" pour ouvrir des négociations et empêcher la "destruction totale" de l'Ukraine.

Tebune a indiqué que la décision prise par Sánchez a détérioré les relations entre les deux gouvernements. « Nous avons des relations cordiales avec l’Espagne et il y a eu un rapprochement, comme avec l’Italie. C’est le président du gouvernement qui a tout cassé, pas l’Espagne », a déploré le président algérien, avant de préciser que ses critiques visaient l’exécutif et non l’État espagnol.

« Faisons la distinction entre le gouvernement et l’État espagnol. Avec l’État espagnol, nous avons des relations fortes et très fermes », a déclaré M. Tebune, qui a assuré que M. Sánchez avait pris une décision impopulaire. « Il n’a pas reçu le soutien du reste, ni au Congrès des députés, ni dans la rue », a déclaré le président algérien.

Tebune a rejeté le fait que ces déclarations représentent une ingérence dans les décisions du gouvernement espagnol. « Je n’interfère pas dans les affaires intérieures de l’Espagne, mais nous, en tant que pays observateur en ce qui concerne le Sahara occidental, considérons l’Espagne comme une puissance administrante », a-t-il expliqué.

NORMALISATION DES RELATIONS ET ENGAGEMENT D’APPROVISIONNEMENT

Concernant la détérioration des relations diplomatiques, le président algérien a proposé à Sanchez de rétablir les liens dès qu’il reprendra son rôle d’administrateur du Sahara occidental.

Lire aussi:  Le ministère britannique de la défense affirme que la Russie a des problèmes logistiques pour approvisionner ses troupes.

Il convient de rappeler que l’ambassadeur d’Algérie en Espagne, Said Moussi, a été rappelé pour des consultations en mars et qu’il n’est toujours pas rentré, le gouvernement algérien ayant demandé cette semaine à l’Espagne de fournir « des clarifications préalables et franches pour reconstruire une confiance gravement endommagée ».

Bien que M. Sánchez ait exprimé son désir de « résoudre cette question diplomatique dans un court laps de temps », M. Tebune a insisté sur le fait que la normalisation des liens avec le gouvernement espagnol passe par « le respect de la légalité internationale ». « Ils ne peuvent se désengager de leurs responsabilités historiques et sont invités à revoir leurs actions », a-t-il expliqué.

Néanmoins, Tebune a voulu insister sur un message d’apaisement et a garanti que son pays respectera absolument tous les accords relatifs à la fourniture de gaz à l’Espagne après que la compagnie énergétique algérienne Sonatrach ait averti au début du mois de la possibilité de « recalculer » les prix.

« Pour rassurer nos amis espagnols, le peuple espagnol : l’Algérie ne renoncera jamais à ses engagements de fournir du gaz à l’Espagne, quelles que soient les circonstances », a-t-il déclaré.


661598.1.260.149.20220424101227

Vidéo de l'actualité


Article précédentLe Real Madrid bat Levante et complète la Copa de la Reina « F4 ».
Article suivantPour la Journée du livre, papier et numérique : deux formats qui, loin de s’opposer, se complètent.