Accueil Sports Le Real Madrid et Liverpool dévoilent leurs stries et leur expérience en...

Le Real Madrid et Liverpool dévoilent leurs stries et leur expérience en Coupe d’Europe

106
0

PARIS, le 27 mai (Bénin Actu) –

L’édition 2021-2022 couronnera ce samedi à Paris deux des équipes les plus importantes de la Coupe d’Europe : le Real Madrid, qui jouera la finale pour la dix-septième fois et qui est sur une belle lancée, et Liverpool, qui le fera pour la dixième fois.

Aucun autre club européen n’a disputé autant de fois la compétition continentale reine que le Real Madrid, qui le fera également pour la cinquième fois au cours des huit dernières années et pour la première fois depuis 2018, lorsqu’il a clôturé son cycle historique de trois titres consécutifs, ce qui ne s’était pas vu depuis qu’il l’avait également fait lors des premières éditions de la Coupe d’Europe.

En outre, le Real Madrid cherchera à maintenir sa série impeccable dans ce type de match, puisqu’il n’a perdu aucune des sept dernières finales, toutes disputées depuis qu’il a remporté la « Septième » à Amsterdam en 1998 et mis fin à 32 ans de disette sur le Vieux Continent. Ils n’ont pas perdu depuis que Liverpool les a battus 1-0 au Parc des Princes en 1981.

Les Merengues ont remporté leurs cinq premières finales dans la compétition. En 1956, ils sont revenus au score pour battre le Stade de Reims (4-3), en 1957, ils ont battu la Fiorentina (2-0), en 1958, ils ont battu l’AC Milan (3-2), en 1959, à nouveau le Stade de Reims (2-0) et en 1960, l’Eintracht Frankfurt (7-3).

Dès lors, cette dynamique victorieuse prend fin, le FC Barcelone l’élimine lors de la campagne 59-60, et la saison suivante, bien qu’ils atteignent à nouveau le match décisif pour le titre, ils ne parviennent pas à battre Benfica (5-3). Ils n’ont pas non plus réussi à battre l’Inter Milan lors de la saison 63-64, s’inclinant 3-1, mais ont renoué avec la victoire en 1966 en battant le Partizan (2-1).

Le Real Madrid connaît ensuite un nouveau passage à vide jusqu’aux années 1980 où il retrouve une finale, à Paris et contre Liverpool, battue par le but tardif d’Alan Kennedy. Et depuis, ils n’ont plus perdu de finale de Coupe d’Europe, ayant commencé la série en 1998 contre la Juventus (1-0).

Lire aussi:  Emery : "Nous restons sur l'insatisfaction d'un match nul".

Deux ans plus tard, lors de la première finale entre deux équipes du même pays, ils n’ont pas non plus échoué, battant Valence 3-0 à Paris avec des buts de Morientes, McManaman et Raúl, et, fidèles à leur tradition des années paires, en 2002, ils ont remporté la « neuvième » contre le Bayer Leverkusen (2-1).

Ce succès allait ouvrir une autre longue période de sécheresse où les huitièmes de finale, les premiers, et les demi-finales, entre 2011 et 2013, sont devenus un  » mur « . Mais avec Carlo Ancelotti sur le banc de touche, lors de la saison 2013-2014, le Real Madrid atteint à nouveau la finale de Lisbonne pour ouvrir son ère de domination, avec une victoire 4-1 sur l’Atlético de Madrid dans la finale historique de Madrid.

Deux ans plus tard, à San Siro, les rouges et blancs ont été privés de la gloire, cette fois aux tirs au but après un match nul d’un but à zéro, un triomphe qui était le premier d’une série de trois, du jamais vu dans l’histoire de la Ligue des champions. En 2017, une prestation en seconde période à Cardiff contre la Juventus (4-1) et un an plus tard, à Kiev, Liverpool n’a pas non plus pu mettre fin à l’hégémonie madrilène, s’inclinant 3-1.

Cependant, ils affrontent un adversaire qui a également un bon palmarès dans la compétition continentale de haut niveau où ils joueront leur dixième finale à la recherche de leur septième « Orejona », ce qui leur permettrait de briser l’égalité avec le Bayern Munich allemand et d’atteindre le sept du Milan italien, qui a été couronné pour la dernière fois en 2007 précisément contre les « rouges ».

Lire aussi:  Eibar arrache un bon point contre Ponferradina

Avec dix finales, les Anglais occupent la quatrième place du classement derrière le Real Madrid, le Bayern et le Milan, qui en compte onze. Le rapport victoires/défaites n’est pas trop mauvais non plus, puisque les Anglais ont remporté six des finales auxquelles ils ont participé jusqu’à présent.

Liverpool est à l’origine de l’ère dominante du football anglais à la fin des années 1970 et au début des années 1980, lorsque l’Angleterre a remporté sept des huit coupes européennes possibles. L’équipe d’Anfield, entraînée par le légendaire Bob Paisley, a atteint la finale pour la première fois en 1977, en battant le Borussia Moenchengladbach 3-1.

Les Reds ont pu défendre ce titre en 1978 contre les Belges de Bruges 1-0 et dans les années 1980, ils ont à nouveau atteint trois finales, remportant la finale de 81 contre le Real Madrid et la finale de 84 contre la Roma aux tirs au but, et perdant la finale de 85 contre la Juventus 1-0 dans un match resté dans les mémoires pour la tragique avalanche de hooligans qui s’est soldée par 39 morts. L’UEFA a été très dure avec l’Angleterre et a sanctionné ses équipes sans jouer pendant cinq ans.

Dès lors, Liverpool a dû attendre deux décennies pour disputer à nouveau une finale de Coupe d’Europe, désormais appelée Ligue des champions. En 2005, avec Rafa Benítez comme manager, ils affrontent le Milan, contre lequel ils parviennent à surmonter un déficit de 3-0 à la mi-temps pour s’imposer aux tirs au but.

Les Reds ont récidivé en 2007, mais cette fois les Rossoneri ne leur ont laissé aucune chance (2-1), et ils n’ont pu disputer une autre finale jusqu’en 2018, où ils se sont inclinés face au Real Madrid. Ils ont pris leur revanche l’année suivante, en battant Tottenham (1-0) en finale anglaise au Wanda Metropolitano.

Article précédentL’Ukraine avertit que la Troisième Guerre mondiale pourrait éclater si la Russie remporte son offensive
Article suivantL’ONU espère que les élections en Colombie se dérouleront dans un environnement « sans violence ».