Accueil Santé & Bien-être L’éradication de la rougeole n’est peut-être pas encore à portée de main

L’éradication de la rougeole n’est peut-être pas encore à portée de main

151
0

PARIS, le 7 avr. (Bénin Actu) –

Une nouvelle étude, présentée cette année au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) à Lisbonne, au Portugal, suggère que l’objectif actuel de couverture vaccinale de 95 % par deux doses de vaccin contre la rougeole pourrait être le minimum absolu nécessaire pour conférer une immunité protectrice suffisante à la population afin d’atteindre et de maintenir l’élimination de la rougeole.

L’examen systématique et la méta-analyse portant sur l’efficacité de deux doses de vaccin contre la rougeole chez plus de 7 000 participants (âgés de 9 mois à 23 ans) provenant de 13 pays sont l’œuvre de Lukas Hemmers, Bureau d’État de la santé et des affaires sociales, Berlin, Allemagne, et de ses collègues.

Selon les derniers chiffres publiés en 2018, seuls six pays de l’UE/EEE (Croatie, Hongrie, Islande, Portugal, Slovaquie et Suède) font état d’une couverture vaccinale contre la rougeole à deux doses de 95 % ou plus, ce qui suggère que l’élimination de la rougeole dans l’UE est incertaine, indiquent les chercheurs.

L’élimination de la rougeole est définie comme l’absence de transmission endémique de la rougeole dans une région définie ou une autre zone géographique pendant 12 mois ou plus. La rougeole se propageant très facilement, on estime que 95 % de la population doit être vaccinée avec deux doses de vaccin contre la rougeole (MCV2) chaque année dans chaque communauté pour protéger tout le monde et prévenir les épidémies.

Cette stratégie d’élimination actuelle suppose que deux doses sont efficaces à 96 % au moins pour prévenir la rougeole et qu’au moins 91,5 % de la population est immunisée contre la maladie. Cependant, les estimations de l’efficacité du vaccin MCV2 n’ont pas été combinées de manière adéquate pour déterminer si elles sont suffisamment élevées pour parvenir à l’élimination.

Lire aussi:  L'incidence de la grippe augmente en Espagne

Pour fournir des preuves supplémentaires, les chercheurs ont recherché toutes les études d’observation publiées en anglais, allemand, néerlandais et espagnol qui ont rapporté l’efficacité du vaccin MCV2 jusqu’en avril 2021. L’analyse finale a inclus 33 articles évalués par des pairs à partir d’un cache initial de 430. L’analyse comprenait 21 études comparant le risque de rougeole chez les individus (âgés de 9 mois ou plus sans immunodéficience) qui avaient reçu le MCV2 et ceux qui n’avaient pas été vaccinés. Toutes les études ont été menées dans des contextes d’épidémie.

L’analyse a estimé l’efficacité moyenne de MCV2 à 96,4 % dans la population générale dans des conditions réelles. L’âge, le lieu et la conception de l’étude ne semblent pas avoir d’impact sur l’efficacité du vaccin, bien que l’analyse modératrice se soit limitée à sept études d’Europe et d’Amérique du Nord.

« Au cours des deux dernières années, le nombre de cas de rougeole signalés en Europe a été faible, probablement en raison des mesures de contrôle COVID-19 plutôt que de l’atteinte de l’objectif de 95 % de vaccination contre la rougeole. Cependant, notre analyse suggère que même si la vaccination systématique à deux doses contre la rougeole atteint 95 % et que l’efficacité du vaccin est de 96 %, la fraction de la population qui doit être immunisée pour parvenir à l’élimination (c’est-à-dire 91,6 %) est atteinte de justesse, si l’on ne tient pas compte de l’immunité conférée par une dose de vaccin contenant la rougeole », explique Hemmers.

Lire aussi:  Les neurologues affirment que l'incidence de l'encéphalite infectieuse continue de diminuer grâce à la vaccination et aux mesures d'hygiène

« En supposant que les schémas de contact pré-pandémique se reproduisent au sortir de la pandémie, un taux de vaccination de 95 % devrait être le minimum requis, plutôt que l’objectif, pour parvenir à éliminer la rougeole », poursuit-il. Par conséquent, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour augmenter la couverture vaccinale contre la rougeole dans la plupart des pays européens.

Avant la pandémie de COVID-19, près de 90 000 cas de rougeole et 37 décès ont été signalés dans 48 des 53 pays de la Région européenne de l’OMS au cours des six premiers mois de 2019. Ce chiffre est supérieur aux 84 462 cas signalés sur l’ensemble de l’année 2018. L’Ukraine a été particulièrement touchée, avec plus de 54 000 cas et 18 décès au cours des six premiers mois de 2019.

En outre, quatre pays (Albanie, République tchèque, Grèce et Royaume-Uni) ont perdu leur statut d’élimination de la rougeole. Dans l’ensemble de la région européenne, la couverture de la deuxième dose de vaccination contre la rougeole en 2018 était de 91 %.

Les auteurs reconnaissent certaines limites de l’étude, notamment le fait que l’examen comprenait principalement des études d’observation provenant des régions OMS d’Europe et d’Amérique du Nord. En outre, les études incluses n’ont pas fourni de données sur les personnes âgées de plus de 23 ans, ce qui peut limiter les conclusions que l’on peut tirer. « Cela montre que notre vision de l’immunogénicité de la vaccination contre la rougeole est biaisée en faveur des jeunes et que l’effet de la baisse de l’immunité chez les adultes n’est pas suffisamment pris en compte », conclut M. Hemmers.

Article précédentJorge Vilda : « La demande concurrentielle contre le Brésil est maximale ».
Article suivantLa vie dans le métro de Kharkiv : des centaines d’enfants à la recherche d’un minimum de normalité