Accueil L'International Les autorités ukrainiennes se disent prêtes en cas d’épidémie de choléra

Les autorités ukrainiennes se disent prêtes en cas d’épidémie de choléra

57
0

Dossier - Igor Kuzin, vice-ministre ukrainien de la santé.


Dossier – Igor Kuzin, vice-ministre ukrainien de la santé. – MINISTÈRE DE LA SANTÉ DE L’UKRAINE – Archives

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine.

PARIS, 29 mai (Bénin Actu) –

Le vice-ministre ukrainien de la santé, Igor Kuzin, a déclaré samedi que le pays était prêt à agir en cas d’épidémie de choléra dans le contexte de la guerre et de l’absence de conditions d’hygiène minimales dans les zones où se déroulent les hostilités contre les troupes russes.

M. Kuzin a déclaré à « ZN,UA » que l’Ukraine dispose d’une base « solide, technique et organisationnelle » pour surveiller les cas de choléra dans le pays, et que des échantillons sont prélevés dans l’eau potable, les rivières, les réservoirs et d’autres sources d’eau.

Lire aussi:  La Finlande considère l'"influence hybride" de la Russie comme la "plus grande menace" pour sa sécurité nationale

« Il existe des systèmes clairs de surveillance épidémiologique et de suivi du choléra. Il existe des arrêtés pertinents classant les régions du pays en trois groupes. Chaque cas de diarrhée sévère fait l’objet d’une étude de laboratoire distincte », a expliqué le vice-ministre ukrainien de la santé lors de l’interview.

L’Ukraine dispose également d’un vaccin contre le choléra, dont l’efficacité est de 80 à 85 % et qui pourrait être utilisé si nécessaire, a déclaré M. Kuzin, qui a expliqué que son utilisation n’était actuellement pas recommandée dans le pays.

Lire aussi:  Incendie signalé sur un navire de la marine russe opérant en mer Noire

Malgré cela, ils ont demandé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) une « certaine réserve » de vaccin pour les besoins des agents de soins primaires et autres agents de santé.

Jusqu’à présent, l’Ukraine n’a pas enregistré un seul cas de choléra présumé, bien que l’OMS ait mis en garde contre la possibilité de propagation du choléra ou d’autres maladies infectieuses dans les territoires ukrainiens occupés par les troupes russes.

Article précédentL’hormonothérapie pour le cancer de la prostate augmente le risque de maladie cardiovasculaire
Article suivantL’Espagnol Mohamed Katir, deuxième de l’épreuve européenne du 5000 m