Accueil L'International L’Italie exige 10,5 millions d’euros de Berlusconi pour avoir porté atteinte à...

L’Italie exige 10,5 millions d’euros de Berlusconi pour avoir porté atteinte à sa réputation internationale dans l’affaire « Rubi ter ».

151
0

PARIS, 26 mai (Bénin Actu) –

Le gouvernement italien a demandé jeudi à l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi de payer 10,5 millions d’euros en compensation du « discrédit international » qu’il a jeté sur le pays et ses institutions pour le scandale des fêtes « bunga bunga », un jour après que le ministère public a demandé six ans de prison pour ces épisodes dans l’affaire « Rubi ter ».

L’avocate Gabriella Vanadia, représentant la présidence du Conseil des ministres, a expliqué que le scandale impliquant Berlusconi lui a valu un « discrédit mondial » pendant plus d’une décennie, ce qui correspond à la durée de toute la procédure judiciaire, avec des choristes, des danseurs et des personnes de tous horizons qui étaient présents à ces fêtes.

Vanadia a expliqué que cette somme a pris en compte l’ampleur de la corruption qui a eu lieu pour acheter le silence des témoins de ces fêtes – auxquelles des mineurs sont soupçonnés d’avoir participé – et la notoriété des personnes impliquées, non seulement Berlusconi, mais aussi, par exemple, la sénatrice Mariarosaria Rossi, pour laquelle le ministère public demande un an et demi de prison, rapporte le journal ‘La Repubblica’.

Lire aussi:  Quatre morts dans un nouveau massacre en Colombie

La demande des autorités italiennes intervient un jour après que l’accusation a demandé une peine de six ans de prison pour Berlusconi, ainsi que la saisie de ses biens d’une valeur de 10,8 millions d’euros dans le cadre du procès pour corruption et subornation de témoins de certaines des personnes qui ont assisté à ces « fêtes élégantes » organisées dans sa somptueuse villa d’Arcore (nord).


Ce procès est l’un de ceux qui composent l’affaire dite « Ruby ter », en référence au surnom sous lequel était connue la jeune Marocaine qui fréquentait ces fêtes, Karima el Mahroug, qui, comme d’autres femmes qui ont essaimé ces bacchanales, serait mineure. Accusés de parjure et de falsification de documents, ils demandent cinq ans de prison et le versement de 5 millions d’euros.

Lire aussi:  Les talibans accusent le Pakistan d'avoir autorisé l'incursion de drones américains en territoire afghan.

Ce procès – dont le verdict est attendu à l’automne – est le troisième auquel Berlusconi est confronté depuis le scandale qui a éclaté en 2010, lorsqu’il a été accusé d’abus et de prostitution de mineurs, finalement acquitté faute de preuves. Il faudra maintenant déterminer s’il a soudoyé des invités pour éviter d’être accusé de ces infractions.

Article précédentLe GP espagnol de motocross débute ce vendredi avec l’inauguration du circuit d’Arroyomolinos.
Article suivantFootball/Champions.- Villacís a confiance dans les supporters du Real Madrid : « Ils sont civiques, savent se comporter et ont l’habitude de gagner ».