Accueil L'International L’Ukraine affirme que les forces russes « poursuivent leur retrait partiel » de la...

L’Ukraine affirme que les forces russes « poursuivent leur retrait partiel » de la région du nord de Kiev

106
0

Plusieurs soldats de l'armée ukrainienne le 4 mars 2022 à Irpin, en Ukraine.

Plusieurs soldats de l’armée ukrainienne, au 4 mars 2022, à Irpin (Ukraine). – Diego Herrera – Europa Press

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

Les autorités de Tchernobyl soulignent que « l’ennemi, grâce aux forces armées, quitte la région. »

Les forces armées ukrainiennes ont déclaré vendredi que les forces russes « continuent de se retirer partiellement » du nord de la région de Kiev et ont ajouté qu’elles se dirigent vers la zone frontalière avec le Bélarus, quelques jours après que Moscou a déclaré qu’il allait réduire « drastiquement » ses opérations contre la capitale et la ville de Tchernobyl.

L’état-major général de l’armée ukrainienne a déclaré sur son compte Facebook qu’il y a « des mouvements de colonnes conjointes d’équipements » des forces russes et a souligné que « les convois comprennent également des véhicules civils (…) volés par les envahisseurs russes pendant l’occupation temporaire des territoires ».

« L’ennemi est également impliqué dans l’enlèvement des biens pillés », a-t-il dénoncé, tout en soulignant que « l’ennemi russe poursuit ses actions illégales dans les territoires temporairement occupés, en limitant la circulation des civils, en utilisant les maisons et appartements des habitants pour loger du personnel et en prenant en otage des résidents et des militants ».

Lire aussi:  La Russie exclut l'échange du député pro-russe Medvedchuk contre des prisonniers de guerre ukrainiens.

Il a également assuré qu’au cours des dernières 24 heures, il avait repoussé sept attaques dans les régions de Donetsk et de Lougansk et a souligné que « les forces de défense ukrainiennes continuent de s’acquitter de leurs tâches avec succès, en poursuivant l’ennemi en retraite, en perçant les positions défensives des occupants et en libérant progressivement le territoire ukrainien ».

Enfin, il a souligné que « les pillages et les violences à l’encontre des citoyens ukrainiens » et a ajouté que « dans certaines zones temporairement occupées par l’ennemi, les occupants russes tentent de forcer les hommes d’affaires à échanger le paiement des biens et services en roubles ».

Pour sa part, le président de l’administration régionale d’État de Tchernygov, Viatcheslav Chaus, a noté via Telegram que « l’ennemi, grâce aux forces armées, quitte la région de Tchernygov ». « Il est le seul à savoir pourquoi il agit ainsi, mais j’espère que ce sera pour de bon », a-t-il déclaré.

« Même s’il part pour se regrouper et revenir, nous l’attendrons pour lui réserver un double accueil », a déclaré M. Chaus, qui a souligné que « toutes les communautés travaillent désormais à rétablir leurs moyens de subsistance ». « Nos forces armées participent au nettoyage des localités où se trouvait l’ennemi afin de purifier les mauvais esprits des Moscovites », a-t-il ajouté.

Lire aussi:  Des centaines de personnes évacuées d'Azovstal suite à l'accord entre l'ONU et la Croix-Rouge

Ce faisant, il a appelé les habitants de la région à être conscients de la possibilité d’attaques et de bombardements contre la région. « L’ennemi peut agir de n’importe quelle manière », a-t-il déclaré, réitérant sa recommandation de se diriger vers les abris en cas d’alerte aérienne.

« Il est trop tôt pour se détendre. Nous avons encore beaucoup de travail à faire et la guerre est toujours là. L’ennemi est dans notre pays. Tout le monde sait ce qu’il faut faire. Tout le monde se met au travail », a-t-il déclaré, avant d’applaudir le « travail fantastique » des bénévoles. « Mettons-nous au travail. À la victoire », a-t-il conclu.

Le gouvernement russe a annoncé mardi qu’il allait réduire « considérablement » ses opérations militaires contre Kiev et Tchernobyl à la suite de discussions « constructives » avec l’Ukraine dans la ville turque d’Istanbul, au cours desquelles les responsables ukrainiens ont de nouveau insisté sur la nécessité d’obtenir des garanties de sécurité internationales pour accepter un statut de neutralité.

Article précédentL’Allemagne de Flick, un géant blessé
Article suivantLe Japon et Kubo, des adversaires menaçants qui cherchent à passer le cap des huitièmes de finale.