Accueil Sports Martín de la Puente : « Je ne suis le favori de rien,...

Martín de la Puente : « Je ne suis le favori de rien, mais je vais donner la surprise et la guerre maximale possible ».

345
0

PARIS, 30 mai (Bénin Actu) –

Le joueur de tennis espagnol Martin de la Puente est prêt à faire ses débuts historiques à Roland Garros, « un rêve » qu’il n’a jamais pensé « pouvoir réaliser », et il est clair que bien qu’il ne soit « favori pour rien », il ira « le couteau entre les dents pour donner le maximum de guerre possible ».

Le Galicien et le Madrilène Daniel Caverzaschi entreront cette semaine dans l’histoire du tennis en fauteuil roulant espagnol en étant les premiers à participer au tableau du simple d’un Grand Chelem, ce que seuls les douze premiers du classement mondial sont autorisés à faire, et ils participeront également au tableau du double en tant que paire.

« Soyons honnêtes, je suis le dixième des douze, je ne suis pas du tout favori, mais c’est aussi la beauté du sport. Je vais y aller avec un couteau entre les dents, je vais donner la surprise, renverser les favoris, j’y vais avec tout ce qui est prêt pour donner le plus de guerre possible », a déclaré De la Puente à Europa Press après avoir été présenté comme membre du Team Toyota pour le prochain cycle paralympique.

Le joueur de Vigo a eu « l’illusion, étant enfant », de pouvoir jouer à Roland Garros, mais il n’a jamais pensé « que cela deviendrait une réalité ». « Les nerfs sont de plus en plus à vif, mais c’est un rêve de pouvoir jouer à Roland Garros. Depuis l’enfance, vous rêvez du Grand Chelem et cela est devenu réalité, ce qui signifie que nous avons fait les choses correctement et je suis très heureux et très impatient de pouvoir faire mes débuts », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Laporta et Goldman Sachs vendent "Espai Barça" à des investisseurs potentiels

De la Puente, qui s’est dit « très heureux de pouvoir donner le meilleur de lui-même » sur la terre battue de Paris, où il fera ses débuts contre le Français Guilhem Lagat, 14e mondial, a déclaré que c’était son « impossible », bien qu’aucune porte ne soit fermée.

« J’espère qu’il y en aura beaucoup d’autres comme celle-ci, que le tennis en fauteuil espagnol s’améliorera et que nous serons plus nombreux à le pratiquer. Je pense que j’ai encore beaucoup à chercher et à donner, et j’espère que ce sera la première fois parmi tant d’autres que nous participerons à un ‘Grand Chelem' », a-t-il déclaré.

« ÊTRE LE NUMÉRO UN NE ME PERMET PAS DE DORMIR LA NUIT ».

« À court terme, je me concentre sur Paris, en espérant aller le plus loin possible en simple et en double. À long terme, le fait d’être numéro un ne m’empêche pas de dormir la nuit, j’espère qu’un jour je verrai tout depuis le sommet, mais il faut travailler beaucoup plus pour cela et je pense que nous sommes sur la bonne voie », a expliqué Martin de la Puente sur ses prochains objectifs.

À 22 ans, il possède déjà deux diplômes olympiques, a remporté cinq tournois internationaux ITF et a été quatre fois champion d’Espagne senior. « Je ne regarde pas trop l’âge, je veux gagner le plus possible mais parfois le sport est compliqué, beaucoup de victoires, beaucoup de défaites, il faut savoir gérer les deux et rien. Nous sommes en très bonne forme et nous devons continuer comme ça, nous devons continuer avec tout et j’espère qu’à Roland Garros nous donnerons la bombe et si cela peut être dans les tournois suivants du tour aussi, encore mieux », a déclaré le joueur de Vigo.

Lire aussi:  Le Real Madrid veut prendre sa revanche sur Manchester City

Martín de la Puente se définit comme quelqu’un de « très compétitif » qui aime « gagner » et c’est pourquoi il n’est pas satisfait de la deuxième place du Championnat du monde obtenue en 2022 avec l’équipe espagnole, avec Caverzaschi, Kike Siscar et Quico Tur, après la défaite contre les Pays-Bas.

« Perdre une finale n’est jamais facile, vous avez toujours cette petite épine de prendre la coupe ou l’or, mais en étant objectif, cela a été une grande semaine pour tout le monde. Cela m’encourage beaucoup plus à continuer à faire ce que nous faisons, à travailler plus dur pour essayer d’aspirer un jour à la perfection, même si c’est très difficile, et à espérer que nous pourrons continuer avec cet embryon que nous avons et avec cette force », a-t-il déclaré.

Championne du monde junior à trois reprises et l’une des grandes promesses du tennis en fauteuil roulant, Mme De la Puente a également parlé de ce que représente l’adaptation au saut vers le professionnalisme et du poids des attentes.

« C’est toujours difficile de changer de catégorie, d’être habitué à gagner puis à perdre, donc je pense que c’est un peu la réalité, on ne peut pas toujours gagner, on ne peut pas toujours remporter la victoire, il y a des jours où les gens sont meilleurs que vous et je pense que c’est positif pour les athlètes de connaître leurs limites petit à petit et que chaque fois la barre est de plus en plus haute pour qu’un jour on puisse donner le meilleur de nous-mêmes », a-t-il déclaré.

Article précédentL’AFE rend hommage à Ángel María Villar
Article suivantLaLiga Santander commencera le 14 août et se terminera le 4 juin.