Accueil Sports Mendilibar : « Quand nous avions quelque chose dans notre sac, nous avons...

Mendilibar : « Quand nous avions quelque chose dans notre sac, nous avons commencé à faire des erreurs ».

97
0

PARIS, 3 avr. (Bénin Actu) –

L’entraîneur du Deportivo Alaves, José Luis Mendilibar, a regretté le dernier quart d’heure de la défaite 4-1 contre l’Atlético de Madrid, samedi, lorsque les chances de prendre un point au Wanda Metropolitano se sont envolées à cause de cadeaux sous forme d’erreurs.

« Je suis ennuyé par les 15 dernières minutes du match, le reste je suis content. L’Atlético est arrivé en force mais nous avons su nous relever et nous battre. C’est quand nous avions quelque chose dans le sac que nous avons commencé à faire des erreurs », a-t-il déclaré.

L’entraîneur basque a notamment évoqué le penalty qui leur a coûté le 2-1 et le troisième but à domicile. « Le penalty, sur lequel il m’a dribblé, je n’ai pas pu mettre ma jambe, le troisième but, ce sont des erreurs commises par des enfants après le match nul 1-1. Quand nous étions à notre meilleur, quand l’adversaire devait prendre des risques, c’est là que nous avons fait des erreurs », a-t-il déclaré, avant de se plaindre de la VAR.

Lire aussi:  Fernando Sanz : "La Liga est décidée depuis longtemps".

« Vous connaissez mon impression sur la VAR, j’ai été le premier à donner une moins bonne opinion de la VAR. La VAR est une demi-vérité, vous vous faites tromper, c’est le pire. C’est très facile de siffler un match Atlético-Alavés, les choses qui se passent en faveur de l’Atlético sont « comme ci, comme ça », s’il y a un coup fort au visage d’un de vos joueurs, ça peut être un carton jaune, ils ne le verront même pas. C’est impossible de gagner », a-t-il ajouté.

Lire aussi:  Verdasco termine sa semaine de récupération à Buenos Aires par une défaite contre Sonego

L’entraîneur d’Alavés, nouvellement licencié après samedi, a expliqué que l’équipe doit croire et tout donner pour rester dans LaLiga Santander. « Je pense que c’est récupérable, les matchs sont de 90 minutes, aujourd’hui nous avons été bons pendant 75 minutes. Personne ne va nous donner, nous devons faire ressortir la force de l’intérieur. On ne peut pas s’endormir. Le salut ou non peut dépendre d’un point », a-t-il terminé.

Article précédentLe Royaume-Uni pourrait disposer de sept nouvelles centrales nucléaires d’ici 2050
Article suivantLa Lituanie abandonne complètement les importations de gaz russe