Accueil L'International Poutine, Macron et Scholz s’accordent sur la nécessité de relancer les pourparlers...

Poutine, Macron et Scholz s’accordent sur la nécessité de relancer les pourparlers de paix

95
0
Dossier - Image d'archive des présidents français et russe, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine.

Dossier – Image d’archive des présidents français et russe, Emmanuel Macron et Vladimir . -/GPO/dpa – Archives

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

Les dirigeants européens exigent de leur homologue russe un cessez-le-feu « immédiat », le retrait des troupes et l’ouverture des négociations.

Ils demandent également la libération de 2 500 prisonniers de guerre ukrainiens capturés à Mariupol.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et les présidents français et russe, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, se sont accordés sur la nécessité de relancer les pourparlers de paix avec les autorités de Kiev lors de leur conversation téléphonique samedi au sujet de l’invasion russe en Ukraine.

« Une attention particulière a été accordée à l’état de la négociation. Poutine a confirmé que la partie russe est ouverte à la reprise du dialogue », selon un communiqué du service de presse du Kremlin, rapporté par Tass. Le gouvernement russe, dans la même note, accuse à nouveau l’Ukraine de « geler » les pourparlers.

Lire aussi:  Galerie de photos : Des images satellites détectent un charnier à Bucha, Ukraine

De son côté, et dans son rapport sur la conversation, qui a duré 80 minutes, la chancellerie allemande a déclaré que Macron et Scholz ont tous deux insisté pour que Poutine déclare un « cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes russes ».

Les deux dirigeants européens ont également « demandé au président russe des négociations sérieuses et directes avec le président ukrainien (Volodymyr Zelensky) et une solution diplomatique au conflit ».

Selon le Kremlin, M. Poutine a assuré à MM. Macron et Scholz que les forces russes étaient engagées dans « l’établissement de la paix » dans les territoires que la Russie a conquis dans l’est de l’Ukraine, notamment dans la ville de Marioupol, où « les forces armées russes respectent strictement les normes du droit international humanitaire ».

À cet égard, le président français et la chancelière allemande ont saisi l’occasion pour demander à M. Poutine de libérer 2 500 prisonniers de guerre de l’armée ukrainienne et du bataillon paramilitaire Azov, capturés par les forces russes lors du siège de l’aciérie Azovstal, dernier bastion défensif de Mariupol.

Lire aussi:  Près de 26 000 personnes déplacées par les combats entre l'armée et le M23 dans l'est de la RDC

Le président russe a toutefois souligné la « nature dangereuse » de l’envoi continu d’armes occidentales en Ukraine. « Fournir à l’Ukraine des armes occidentales déstabilise la situation et exacerberait la crise humanitaire », a déclaré Poutine.

Enfin, M. Poutine s’est dit prêt à « chercher des moyens d’assurer l’exportation des céréales ukrainiennes » pour soulager les besoins des pays qui les reçoivent habituellement sous forme d’aide alimentaire.

Sur ce, et selon un communiqué de l’Élysée, Macron et Scholz « ont pris note de la promesse du président russe de permettre l’accès des navires au port d’Odessa pour l’exportation de céréales, et sans que la Russie ne l’exploite militairement, s’il est préalablement déminé. »

Article précédentAtiku Abubakar remporte les primaires du PDP et devient le principal candidat de l’opposition à la présidence du Nigeria.
Article suivantLa FIA approuve la nouvelle réglementation des moteurs pour 2026