Accueil Sports ProLiga dénonce que la modification du règlement de la RFEF « limite les...

ProLiga dénonce que la modification du règlement de la RFEF « limite les droits fondamentaux du football modeste ».

75
0

PARIS, 26 avr. (Bénin Actu) –

ProLiga a contesté mardi devant le Consejo Superior de Deportes (CSD) les modifications du Règlement général de la Real Federación Española de Fútbol (RFEF) car elles « portent gravement atteinte aux droits constitutionnellement reconnus des clubs ».

L’association des employeurs du football non professionnel s’adressera également au Médiateur, au ministère du Travail, à la Commission nationale des marchés et de la concurrence, ainsi qu’aux différents groupes parlementaires, car elle considère que la RFEF « s’arroge des pouvoirs et des objectifs qui ne sont pas reconnus par l’actuelle loi sur le sport ».

ProLiga comprend que les différentes modifications du Règlement général de la RFEF « entreraient en conflit avec les droits constitutionnellement reconnus tels que la liberté d’association et la liberté d’entreprise, portant gravement atteinte aux droits et intérêts des clubs et à leur capacité de rentabilité économique », indique-t-elle.

Lire aussi:  Paula Badosa : "Mentalement, ce sera une année très difficile".

 » C’est pourquoi ProLiga, qui représente plus de 240 entités, a contesté cette modification du Règlement général, comprenant qu’il est difficile pour la RFEF de s’ériger en représentant des clubs dans les négociations collectives, car il existe un conflit d’intérêts évident, la RFEF n’étant pas seulement composée des clubs, mais, entre autres, de sportifs, d’entraîneurs, de juges, d’arbitres, etc. « , peut-on lire dans une note.

« En outre, la loi sur le sport n’inclut pas dans les fonctions de la RFEF la représentation des clubs de football et la défense de leurs intérêts, que ce soit collectivement ou individuellement. De cette façon, elle outrepasserait ses fonctions et la RFEF pourrait agir comme une organisation commerciale « secrète » », ajoute ProLiga.

Lire aussi:  Rául de Tomás rappelle qu'"aucun joueur n'est au-dessus du club et du vestiaire".

Par ailleurs, ProLiga ne peut pas non plus accepter que, avec ces modifications, « il est imposé comme condition de participation à la compétition l’obligation de communiquer les accords, pactes, accords ou contrats de toute nature conclus entre les clubs, à l’exclusion dans ce cas des accords d’affiliation ou des transferts et des transferts de footballeurs. Quelque chose qui pourrait aller à l’encontre de la loi organique sur la protection des données personnelles et la garantie des droits numériques ».

Article précédentInstagram propose une option permettant d’épingler les publications sur votre profil.
Article suivantLa Syrie affirme que quatre soldats ont été tués dans un attentat à la bombe attribué à Israël à Damas.