Accueil Sports Rubiales et Camps font l’objet d’une enquête pour menaces, coercition et prévarication...

Rubiales et Camps font l’objet d’une enquête pour menaces, coercition et prévarication présumées contre des clubs de troisième division

63
0

PARIS, 24 mai (Bénin Actu) –

Le Tribunal de Première Instance et d’Instruction numéro 8 de Majadahonda (Madrid) a ouvert une procédure préliminaire contre le président de la Fédération Royale Espagnole de Football (RFEF), Luis Rubiales Béjar ; et le secrétaire général, Andreu Camps, et le directeur de cet organisme Tomás González Cueto pour un délit présumé de menaces, coercition et prévarication devant la plainte déposée par cinq clubs de la Troisième Catégorie Nationale.

Les clubs sont UD San Sebastián de los Reyes, DUX Internacional de Madrid, CF Rayo Majadahonda, RB Linense et Club Linares Deportivo, fondateurs de l’Asociación de Clubes de Fútbol de Tercera Categoría Nacional.

Dans la résolution, à laquelle Europa Press a eu accès, le magistrat comprend que les faits dénoncés par les clubs « présentent les caractéristiques d’un prétendu délit de menaces, de coercition et de prévarication » et « présentent les caractéristiques qui permettent de présumer l’existence d’un délit pénal ».

Pour cette raison, il a accepté d’ouvrir une procédure préliminaire, comprenant l’audition des enquêtés Luis Rubiales, Andreu Camps et Tomás González Cueto.

Lire aussi:  Le personnel de Badajoz dénonce une "grave discrimination" et le non-paiement par le club

Les faits dénoncés par les clubs, sous la direction du cabinet d’avocats Martínez-Echevarría Abogados, remontent à la réunion convoquée par la RFEF avec les clubs qui composent la première RFEF le 10 mars dernier, au cours de laquelle les accusés auraient,  » en usant de leurs fonctions, trompé, intimidé, menacé et contraint les clubs d’une manière qui aurait été contraire à la loi « , a publiquement et notoirement menacé et contraint les plaignants pour qu’ils renoncent à l’exercice de leur droit constitutionnel d’association et procèdent immédiatement à la dissolution de l’Association des clubs de football de troisième catégorie nationale, une association légalement constituée ».

Selon l’Association des clubs de troisième division, les parties enquêtées « ont menacé les plaignants d’expulsion de la compétition dans laquelle ils jouent, de leur imposer des pénalités financières et de leur refuser l’accès aux aides financières auxquelles ils ont droit et qui sont gérées par la RFEF », si, dans les 48 heures, ils ne procédaient pas à la dissolution de l’Association des clubs nationaux de troisième division (Première RFEF) dont ils sont membres fondateurs.

Lire aussi:  Une nuit de pénitence dans un Camp Nou blanc

Dans l’exposé des faits, il est indiqué dans la plainte que le seul but des enquêteurs était d’empêcher « l’Association de pouvoir, de quelque manière que ce soit, conclure des accords de parrainage ou tout autre type d’aide financière au profit de ses membres et en dehors de la RFEF, mettant ainsi en péril les émoluments et avantages dont jouissent les accusés ».

Et ce, souligne la plainte, « parce que Rubiales reçoit de la RFEF, en plus de son salaire fixe, un montant supplémentaire équivalent à 0,15% du revenu total réglé pour tout concept, à l’exclusion des subventions publiques, de sorte que tout montant canalisé en dehors de la RFEF signifierait un revenu inférieur pour Rubiales et, indirectement, pour le reste des défendeurs ».

Article précédentL’entreprise de mobilité urbaine NIU arrive en Espagne et présente ses nouveaux scooters électriques.
Article suivantLe président de la CONAIE en Équateur annonce une mobilisation nationale illimitée à partir du 13 juin.