Accueil Santé & Bien-être Tabagisme pendant la grossesse et TDAH chez l’enfant, voici ce que l’on...

Tabagisme pendant la grossesse et TDAH chez l’enfant, voici ce que l’on sait

174
0

PARIS, 7 avr. (Bénin Actu) –

Une nouvelle étude systématique et une méta-analyse publiées dans la revue scientifique Addiction et menées par des chercheurs de l’université de Bristol (Royaume-Uni) montrent que le tabagisme maternel prénatal est associé au trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez les enfants, mais qu’il est peu probable qu’il en soit la cause.

Plusieurs études ont indiqué que le tabagisme maternel pendant la grossesse peut contribuer au TDAH de la progéniture ; cependant, ces études ne permettent pas de savoir si cela reflète un véritable effet de causalité ou si c’est le résultat de facteurs de confusion tels que le statut socio-économique, l’éducation, le revenu et l’âge de la mère. Cette nouvelle étude a tenté de trouver une réponse à cette question.

Lire aussi:  Troubles mentaux suite à une infection par COVID-19

La revue a examiné 46 études antérieures qui ont évalué l’association entre le tabagisme maternel prénatal et le diagnostic de TDAH chez les enfants. L’examen a spécifiquement inclus les études qui ont pris en compte les effets génétiques en plus des approches conventionnelles.

Certaines de ces études présentaient un faible risque de biais (ce qui signifie qu’il est peu probable qu’elles donnent des résultats trompeurs) et ont pu prendre en compte les effets génétiques. Ces études indiquent que la génétique partagée joue un rôle important dans l’association du TDAH de la progéniture avec le tabagisme prénatal.

Lire aussi:  Qu'est-ce qui est considéré comme un "Covid persistant" chez les enfants et les jeunes ?

Cette conclusion est corroborée par un examen systématique antérieur basé sur des modèles génétiquement informés qui a également conclu que l’association entre le tabagisme prénatal maternel et le TDAH s’explique par une génétique partagée.

L’auteur principal, le Dr Elis Haan, chercheur associé honoraire à l’école des sciences psychologiques de Bristol, affirme que son examen systématique « montre qu’il n’y a pas d’effet de causalité entre le tabagisme prénatal de la mère et le diagnostic de TDAH chez l’enfant. Cependant, il faut conseiller aux femmes enceintes de ne pas fumer pendant la grossesse, car le tabagisme prénatal a des effets délétères sur d’autres aspects de la santé de l’enfant », ajoute-t-elle.

Article précédentL’équipe nationale féminine cherche à peaufiner son dispositif et à développer sa base de supporters.
Article suivantLes civils commencent à rentrer à Kiev, mais le maire demande « un peu d’attente ».