Accueil L'International Wennesland déclare au Conseil de sécurité que la situation est « relativement calme »...

Wennesland déclare au Conseil de sécurité que la situation est « relativement calme » en Israël, à Gaza et en Cisjordanie.

82
0

PARIS, 26 avr. (Bénin Actu) –

L’envoyé des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a déclaré que la situation reste « relativement calme » malgré la « rhétorique incendiaire » et les violents affrontements de ces derniers jours entre les forces israéliennes et les manifestants palestiniens.

« En cette période sensible et volatile, les dirigeants israéliens et palestiniens ont fait des efforts louables pour apaiser les tensions, condamner les attaques et mettre un frein à la violence », a-t-il déclaré, ajoutant toutefois que « les efforts doivent se poursuivre ».

« Chacun doit faire sa part pour réduire les tensions, maintenir le ‘statu quo’ sur les lieux saints et s’assurer que tout le monde respecte leur caractère sacré », a-t-il expliqué. Il a salué les déclarations de hauts responsables israéliens qui ont réitéré l’engagement d’Israël à veiller à ce que seuls les musulmans soient autorisés à prier sur l’Esplanade sacrée.

Selon les données qu’il a soumises au Conseil de sécurité des Nations unies, au moins 23 Palestiniens, dont trois femmes et quatre enfants, ont été tués en Cisjordanie et en Israël lors de manifestations, d’affrontements et d’opérations de recherche et d’arrestation.

En outre, 541 Palestiniens, dont 30 femmes et 80 enfants, ont été blessés lors de ces « attaques les plus meurtrières depuis des années ». La présence des forces de sécurité israéliennes a été renforcée le long de la barrière de séparation dans toute la Cisjordanie.

Autour de la mosquée Al Aqsa, où des affrontements ont eu lieu le 15 avril à coups de pierres, de feux d’artifice et d’autres objets lourds, environ 160 Palestiniens ont été blessés et 400 arrêtés, dont la plupart ont été libérés le jour même.

Lire aussi:  La Maison Blanche affirme que la National Rifle Association contribue au problème de la violence armée aux États-Unis.

M. Wennesland a souligné que « la conduite des forces israéliennes a suscité des inquiétudes quant à un éventuel usage excessif de la force », tout en précisant que les prières de midi se sont déroulées sans incident majeur.

Il a également déclaré que le 22 avril – après que les autorités israéliennes aient interdit aux non-musulmans de se rendre sur l’Esplanade des Mosquées – des centaines de milliers de musulmans, de juifs et de chrétiens ont pu célébrer les jours saints.

Malgré cela, Mme Wennesland a clairement indiqué que « les auteurs de tous les actes de violence doivent être tenus pour responsables et traduits rapidement en justice », selon un communiqué des Nations unies.

Concernant d’autres incidents, il a expliqué qu’il y a eu une augmentation des tensions et que la violence « liée aux colons » est restée « élevée » dans le contexte des activités de colonisation et de la pression « constante » sur les communautés palestiniennes en Cisjordanie.

« Le 10 avril, des dizaines de Palestiniens ont vandalisé et incendié un lieu saint juif situé dans la zone A de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, avant d’être dispersés par les forces de sécurité palestiniennes », détaille le rapport.

« Les militants de Gaza ont tiré cinq roquettes en direction d’Israël, dont l’une a atterri dans la ville israélienne de Sderot et a causé des dommages matériels. Les autres ont été interceptés par le système Dôme de fer, ont atterri près de la bande de Gaza ou dans des zones ouvertes à l’intérieur d’Israël », a ajouté M. Wennesland.

Ainsi, en représailles, les Forces de défense israéliennes ont effectué des frappes aériennes contre la bande de Gaza, dont il a soutenu que la « situation sécuritaire, humanitaire et économique reste profondément préoccupante ».

Lire aussi:  Les États-Unis interdisent les transactions en dollars avec la Banque centrale de Russie face à l'invasion de l'Ukraine

Pour sa part, l’ambassadeur permanent de la Palestine auprès des Nations unies, Riyad Mansur, a critiqué l’utilisation par Israël de la sécurité « pour justifier le meurtre d’enfants palestiniens sur le chemin de l’école », ainsi que le fait de « qualifier » les Palestiniens de « terroristes ».

« Israël n’a aucune autorité sur Haram al Sharif, où le ‘statu quo’ historique et juridique doit être maintenu, et où l’autorité du Waqf islamique et la tutelle de la Jordanie doivent être respectées », a-t-il déclaré, ajoutant qu' »Israël n’attaque pas seulement un lieu saint musulman ou un lieu saint chrétien », mais « il attaque aussi l’identité palestinienne de la ville ».

L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, a déclaré que « les centaines de terroristes palestiniens présents sur le Mont du Temple constituaient une menace pour les fidèles musulmans et juifs », si bien que « la police israélienne a dû intervenir ».

« Il est ridicule de placer des foules d’émeutiers violents sur la même échelle morale qu’une démocratie respectueuse des lois qui fait de son mieux pour maintenir la paix, et une telle comparaison joue directement dans la toile de mensonges tissée par les groupes terroristes », a-t-il défendu.

Erdan a ainsi indiqué que « les seuls qui rompent le statu quo sur le Mont du Temple sont les groupes terroristes palestiniens ». « Lorsque la communauté internationale accepte aveuglément le récit selon lequel Israël empêche les musulmans d’exercer leur droit de prier ou fait un usage excessif de la force, les actions de ces groupes ne font que s’intensifier », a-t-il critiqué.

Article précédentAlejandro Blanco : « Nous voulons les Jeux en Catalogne et en Aragon et nous ne cesserons pas de nous battre ».
Article suivantLes mythes de la gamification et les clés pour en tirer le meilleur parti, selon les experts